Les perles de l’UDC (1)

guyot.jpg

Certains d’entre vous vont penser que l’auteur de ce blog fait une fixation à l’encontre de l’UDC, mais ce n’est pas le cas. Simplement, il ne se passe pratiquement pas un jour sans qu’on lise ou entende une ineptie de grande envergure sous la plume ou dans le bec d’un membre de ce parti triste et mal pensant.

Contribuer à l’éviction rapide de Blocher du Conseil fédéral ainsi que le préconise Ueli Leuenberger est un acte citoyen, pour lequel il est juste de s’engager. Ce n’est définitivement pas un homme d’état, mais simplement un chef de faction.


Dans cette optique et dans la série inaugurée ce jour intitulée les « perles de l’UDC, saison 1« , on vous livre toute brute de fonderie une phrase remarquable lancée hier au soir sur la RSR peu avant 19 heures dans un mini débat sur la condition féminine.

Son auteur : la « sémillante » quadra Maria Angela Guyot, 1ere vice-présidente de l’UDC à Neuchâtel (oui, celle de Perrin le flic à quart temps) et semble-t-il juriste à ses heures: « une femme ne doit faire des enfants que si elle en a les moyens financiers, autrement elle doit s’abstenir« .

Ahurissant d’humanisme, d’intelligence et de féminité. En prônant ainsi une politique familiale reposant sur le porte-monnaie uniquement, la pauvre Maria a toutes les chances de ne jamais toucher un centime d’AVS.

On ne parlera pas de morale, mais il y aurait aussi à redire de ce côté-là. Enfin c’est peut-être un nouveau contraceptif modèle UDC dont l’illustre auteure voulait parler.

Tags: ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (7)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. avocette dit :

    Elle me rappelle Suzette Sandoz qui avait souligné, lors d’un débat télévisé ou radiophonique concernant les enfants de famille recomposée, (c’est déjà vieux) je cite à peu près fidèlement :

    ce sont les enfants du « premier lit » qui comptent…. (ce qui voulait dire que l’on ne devait pas avoir d’enfants si remariage !!!) au cas où les finances ne le permettent pas !

  2. Oui, je l’ai entendue hier à Forums, j’ai cru que j’allais lancer ma radio contre le mur.

    En fait, elle l’a dit même d’une manière plus crue. Sauf erreur, quelque chose comme « quand on a pas les moyens on ne fait pas d’enfants ».

    Ca fait vraiment mal au ventre d’entendre ce genre de propos degeulasses. Les temps sont durs.. Sacré retour de bâton depuis mai 68, et on voit pas bien où ca va s’arrêter.

  3. Et non seulement, faut avoir les moyens de les faire, ces enfants mais en plus, faut plus envisager de bosser ensuite : Kinder, Küche et Kirche, voilà les trois piliers de l’existence d’une femme et tant pis pour elle si elle a un métier qu’elle apprécie et qu’elle a obtenu en bossant beaucoup et longtemps.

    Ca, c’est vraiment le genre de phrases qui m’attristent, beaucoup !

  4. Soli Pardo dit :

    Très franchement, j’ai dû mal à comprendre ce que l’on peut trouver de drôles aux propos de Mme Guyot.

    Il n’est pas drôle qu’un enfant, dès sa naissance déjà, soit un assisté parce que sa mère a choisi de l’avoir alors qu’elle ne peut matériellement assurer son entretien.

    Il n’est pas drôle de penser à ce que sera l’enfance de cet enfant.

    Il n’est pas drôle, mais lucide, de dénoncer l’inconscience de mères qui se lancent dans la maternité alors qu’elles n’en ont pas les ressources financières. Et ce n’est surtout pas drôle pour l’enfant.

  5. avocette dit :

    réponse à Soli Pardo :

    pardo(n) monsieur :

    et le père dans tout cela ? est-il également inconscient ? à partir de quel montant estimez-vous un salaire suffisant pour que la mère (sic ! cette inconsciente !) élève un enfant ?

    que faites-vous des accidents de contraception, capotes qui lâchent (quel inconscient ce père en puissance), stérilet qui tombe en panne, j’en passe et des meilleures ?

    que faire alors, petite inconsciente ? avorter ou élever un enfant même au risque de demander à cette Suisse frileuse quelques francs pour l’aider (en diminution des frais d’armée) ? combien d’avions et de canons en moins ?

    petite inconsciente qui met ton pays en danger

    pardo(n) monsieur !

  6. Attendez, Soli Pardo, on mesure le bien-être d’un enfant à son bien-être matériel ? Ah mais fallait le dire que l’argent compte plus que l’amour, la tendresse, la présence, l’attention !

    J’vous jure, y a des matins où à force de m’énerver, je me demande si ça ne va pas faire tourner le lait qui se trouve dans ma tasse pour mon café…..

    Bon, question plus sérieuse : puis-je vous faire parvenir ma déclaration de revenus pour savoir si j’ai les moyens d’avoir des enfants ?

  7. kalvin dit :

    Kalvin offre trois gouttes de Carmol à Lady Poppins pour calmer sa colère bien compréhensible.

Laisser un commentaire