Minarets: coïtus politicus interruptus

1 décembre 2009 | par | 6 commentaires Plus loin

On entend et on lit un nombre impressionnant de sottises depuis que le résultat des votations de dimanche est connu. Les sondeurs se sont plantés dans les plus grandes largeurs possibles. Les politiques n’ont rien vu venir. Freysinger,  le génie des Alpages valaisan jubile et frétille de la queue de cheval (on fait ce qu’on peut avec ce qui reste).

Mais on doit simplement prendre les résultats comme ils viennent et en tirer les conclusions navrantes : le peuple suisse est à 60 % raciste et xénophobe et le revendique. Il ne supporte pas en plus que l’on prie quelqu’un d’autre que le petit Jésus : Amen

Le Conseil fédéral s’est lamentablement planté en acceptant de présenter cette initiative illégale à la votation populaire. Et derrière lui les Chambres fédérales en bloc compact. Il paraît que Andreas Gross découvre cette erreur en ce début de semaine. On lui rappellera en toute immodestie que ce blog l’avait soulevée le 27 juillet 2008 déjà. Il serait donc bien inspiré  de citer ses sources et de rendre à Kalvin ce qui revient à …

Pour le surplus, isolez, isolez, il ne restera plus rien.

Que les autorités en place exécutent la fameuse volonté populaire inapplicable. Qu’elles en tirent les conclusions et conséquences mais surtout qu’elles ne mettent pas la faute avec condescendance sur un peuple qui n’a rien compris. En effet, le peuple n’a rien voulu comprendre au conflit juridique que créée cette acceptation avec le droit international, car on ne le lui a pas expliqué.

Les responsables de ce désastre politique, plutôt que de glander pour très cher  vautrés dans des fauteuils en cuir sous la Coupole bernoise devraient avoir le courage de se retirer : coïtus politicus interruptus, une façon de protéger les intérêts de la population en sortant par la grande porte et non par l’office.

Et si on doit assumer le racisme ambiant et ne pas en être fier, il faut reconnaître qu’il sourdait dans toutes les discussions du Café du commerce.

La plantée formidable du sondeur helvète vient de son absence au café du commerce : il estime que ça fait pas assez classe ….. Il faudra aussi qu’il change ses habitudes.

Et pour le reste, Inch’Allah et que le mouton noir soit désormais Halal.

Tags:

Catégorie: A la Une, Res politica

Commentaires (6)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Lol, s’il y a quelque chose à tirer d’une antériorité, je la revendique: 1er mai 2007 http://swissroll.info/?2007/05/01/945-minarets-une-initiative-d-une-fausse-simplicite-biblique

  2. kalvin dit :

    François,
    mes excuses hautement minaresques. Mais ça ne m’étonne pas que tu aies remarqué avant moi le côté assez peu halal de l’analyse juridique faire par notre gouvernement … justice te soit donc rendue !!! (lol!!)

  3. halcyon dit :

    oui, le café du commerce est en ébullition, c’est l’ère des racistes décomplexés. ça fout les boules, non? Y a sûrement une erreur, j’arrive pas à croire qu’il y en ait autant tout à coup. Franchement, j’ai envie de m’exiler sur une île déserte plutôt que d’écouter un jour de plus toutes ces conneries, chaque jour, partout, que ce soit au fameux café du commerce ou sur mon lieu de travail.

    Ne pensez-vous pas qu’on peut voir une corrélation entre l’islamophobie omniprésente (et à peine voilée) dans les médias et cette montée d’obscurantisme?

    concernant le sondage pré-électoral, je ne suis pas surpris, en général la frange raciste de la population préfère le crier en silence dans les urnes…

  4. Fier d'avoir voté oui dit :

    Si le peuple suisse ne te plait pas, tu es libre de déménager en Arabie Saoudite. Whiteclock ou WhiteIdontknowWhat, c’est pas amerloque? En plus tu blasphème…

    Perso, j’ai pas envie d’être evahi par l’étranger, qu’ils soient amerloques ou autres. A bon entendeur, monsieur l’athée blasphémateur bien pensant qui va de suite me censurer…

  5. kalvin dit :

    Erreur, « l’athée » ne censurera pas un morceau aussi représentatif de l’état d’esprit ambiant …

  6. La médiocratie s’est exprimée avec l’aide de ses gouvernants. L’île de Tell prouve sa ploutocratie meuh-meuh, son arrogance, son racisme, son intolérance, son hospitalité mensongère, son hypocrisie, bref, sa didacture.

Laisser un commentaire