O Schmid suspends ton vol !

21 juillet 2008 | par | 1 commentaire Plus loin

sami et roland, la fine équipe

Ainsi donc le distingué Nef qui vendredi et jeudi passés encore était un homme de confiance sans problème est suspendu par Samuel jusqu’au 20 août, le même Sami qui lui tressait des couronnes la semaine passée encore.

Ponce Schmid se lave donc les mains de ses propres conneries, laissant au Conseil fédéral un cadeau de rentrée scolaire encombrant.

Quant au suspendu de taille, il est censé d’ici là apporter la preuve qu’on peut lui faire confiance. Comme si on pouvait encore le faire aujourd’hui et comme si franchement on avait jamais pu le faire, dès avant sa nomination. On croit tout simplement cauchemarder.

Franchement, toute cette histoire ressemble de plus en plus à un cafouillage bien helvétique : procédures pas suivies, népotisme, arrogance, incompétence, incapacité de communiquer, absence totale de jugeote et de sens politique, bref grave amateurisme.

Mais ce n’est pas que du cas Nef que le Conseil fédéral doit s’occuper le 20 août, c’est du cas Schmid, qui devient de plus en plus un boulet sans forme ni consistance. Laisser cet apprenti sorcier pas malin garder les rênes d’un département pourtant simple à diriger à mi-temps (selon  son ex-collègue Christoph…) mais qu’il n’a jamais su maîtriser serait une erreur grave. Et politique et pratique.

On imagine en effet quels bons conseils un gugusse pareil peut donner à des sections spéciales de ses servcies spéciaux chargés notamment de sécurité nationale et de lutte contre le terrorisme…

Pour une fois, le gouvernement pourrait faire œuvre de pionnier et de salut public en forçant Samuel à prendre sa retraite illico au 1er septembre, ou en lui enlevant ses prérogatives et compétences afin qu’il soit réduit à jouer avec ses soldats de plomb et sa voiture de pompier téléguidée.

Tags: , , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (1)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Le prix de la démocratie est la médiocrité. Nous ne pouvons en vouloir qu’à nous-mêmes. Laissons Nef à ses fantasmes dignes de romans de quais de gare et Sami à ses vacances.

Laisser un commentaire