Obama et le droit de tuer

Les USA viennent d’assassiner froidement Ben Laden.

Dans le cadre d’une opération louée urbi et orbi pour son efficacité et sa réussite. Kill and capture serait son sous-titre.

L’Europe habituellement anti-américaine applaudit et félicite le chef pour cette réussite. Dont acte. Il ne se trouve en revanche aucun commentateur pour remettre du droit dans ce genre d’assassinat.

Le Prix Nobel de la Paix américain devait certes prendre une décision. Mais de là à opérer froidement de nuit en terre étrangère, sans autorisation préalable de l’Etat de résidence de la cible pose nombre de questions juridiques non résolues. Le fait d’abattre cette même cible sans autre forme de procès, quels que soient les griefs qu’on peut lui faire, est aussi une entorse grave au droit.

Cette survivance des méthodes du Far West, « pour la bonne cause », est choquante au plan du droit et indique une nouvelle fois que les USA sont capables et désireux d’utiliser des méthodes de gangsters là, quand et où ils souhaitent le faire. On ne répond pas au terrorisme par ce type d’assassinats, mais par une prise de conscience réelle des racines du mal, des fondements d’une révolte et par une politique adaptée et respectueuse des principes élémentaires fondant l’Etat de droit.

On aimerait bien entendre un peu plus de réactions officielles dans ce sens.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (3)

Trackback URL | Comments RSS Feed

    • kalvin dit :

      Aline, je suis d’accord avec votre article. Le prêt à mâcher est par trop souvent la marque de fabrique du journaliste de base, qui a perdu le sens du recul, si tant est qui l’ait jamais eu à 24 ans.

  1. Scipion dit :

    « …aussi une entorse grave au droit. »

    Le droit, c’est bien, mais quand on pense au nombre d’Américains que des émules de Ben Laden auraient pu enlever pour exiger, en retour, la libération du chef d’Al Qaeda, on se dit qu’il y a des circonstances où il faut savoir le mettre dans sa poche et son mouchoir par-dessus. Celle-ci en était une !

Laisser un commentaire