Pandémie … de pain

Mais à quoi jouent donc ces jours scientifiques et autres illustres et pléthoriques fonctionnaires besogneux mais très détaxés de l’OMS ? voici qu’on nous prépare depuis ce cockpit « de pointe » à la pire alerte (grade 6) sur l’échelle des moustiques, alors que quelques cas isolés seulement,  à gauche et à droite, d’une maladie qui semble ressembler à une mini mini grippe normale ont été décelés. (8500 cas « suspects » non confirmés pour 6.782 milliards d’habitants, ça fait un pourcentage assez faible …)

Et encore « décelés » est un bien grand mot dans la mesure où le Docteur A, le Docteur B et le Docteur C sont rigoureusement en désaccord tant sur la forme du virus que sur son efficacité ou sa dangerosité.

En attendant on se prépare à produire à coups (coûts) de milliards des doses de vaccin antigrippe modèle 2009 « standard » alors que l’on va probablement demander aux pharmas de produire un truc spécifique à ce qui pour l’instant ne fait que jeter une épidémie de fous-rires sur le sérieux de ces experts.

On remarquera que la souche en question est censée ne pas se propager aux régions intertropicales mais se cantonner pour les mois qui viennent dans l’hémisphère sud … pour revenir en automne prochain par Easybee dans l’hémisphère nord.

Sauf que quand on regarde par exemple l’infographie du Temps de ce jour, on s’aperçoit que pour l’instant, la vilaine bête est partout, sauf en Afrique (ils n’ont pas les moyens de la détecter), mais dans tous les pays d’Amérique du Sud.

On ne sache pas que Ushuaia soit par exemple dans l’hémisphère nord, ou que la Russie (0 cas ???) jouxte l’Antarctique.

Il y a manifestement des enjeux à cette pseudo crise sanitaire qui dépassent largement le pékin de base. Surtout que la directrice générale de l’OMS, Margaret Chan, est chinoise, du moins d’origine.

Un peu comme pour les stocks de Tamiflu, ce machin que personne ne considère comme valable comme traitement, mais que les Pharmas en cause ont réussi à filer à coups de millions de doses à des gouvernements aux ordres des experts, eux mêmes pandémisés et marchant chacun dans une autre direction que le voisin.

Dans ce genre de situation il n’y a qu’une solution: on téléphone au bon docteur Couchepin, le spécialiste des méthodes douces et naturelles et on lui demande ce qu’on doit faire. Une fois sa réponse connue, on fait très exactement l’inverse de ce qu’il dit et on est au moins sûr de ne pas être dans l’erreur.

Et pour les 10 heures, on tartine la mie de cenovis.

Tags: , , , , , , ,

Catégorie: Non classé

Laisser un commentaire