Statisticiens ou sculpteurs de nuages ?

13 mars 2008 | par | 1 commentaire Plus loin

nuage.jpgOn apprend, enfin "apprendre" n'est pas vraiment le mot, que selon le DLS (Diagnostic local de la sécurité) cité par la Tribune de Genève "le sentiment d'insécurité à Genève" a baissé de 32.4 % en 2004 pour se fixer à 28.7 % en 2007 (merci d'admirer la décimale qui confine à la précision astronautique ….)

Pourcent de quoi, de chiens, de chats, de poissons domestiques, de la population âgée de plus de 22 ans ? De qui se moque-t-on en publiant et en s'appuyant sur de tels chiffres sans queue ni tête et sans autre explication ?

En plus, ce diagnostic est censé être sérieux puisqu'il vient en droite ligne de la cheffe de la police Monica Bonfanti flanquée de son chef Laurent Moutinot.

On apprend d'ailleurs par la même source que la police de Genève possède en son sublime sein un Directeur des études stratégiques … qui doit être en effet sur le pont 24 h sur 24 vu ces résultats brillants, mais bref comment être juge et partie et accorder un crédit quelconque a une étude-sondage qui est menée par ceux qui sont censés préserver la sécurité ? l'arroseur arrosé ? non soyons sérieux, en plus comment et sur la base de quelles questions a-t-on établi ces chiffres ?

La mesure statistique d'un sentiment par un Institut de sondage professionnel est déjà très délicate, mais cette mesure par des flics soi disant stratèges ne tient pas plus la route que l'étude par un spécialiste du café de la copulation chez l'ornithorynque. Aucun détail sur l'échantillon, la méthode, les calculs, les pondérations, mais une conférence de presse pour justifier finalement que l'image des flics genevois (mesurée par eux-mêmes donc …) serait en amélioration auprès de la population.

Ce qui ne manque pas de piquant aussi ce sont les zones dites dangereuses: il fallait en effet effectuer de très larges travaux statistiques pour parvenir à la conclusion que Cornavin, le Lignon, les Avanchets étaient des zones dangereuses.
 

Enfin on est heureux d'apprendre que "les incivilités seront combattues par une stratégie anti-tags et graffitis ou par une présence policière bien visible".

Attention les pandores, à vouloir être trop visibles, ils vont finir par se faire tagger eux-mêmes … et il faudra sans doute revoir la stratégie elle-même.

Tags: , , , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (1)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Elena dit :

    Tu soulèves là le problème de la « scientifisation » abusive de tout ! Seuls les chiffres sont pris en compte et ceux-ci bénéficient d’une reconnaissance aveugle. Les émotions, les impressions, les sentiments… tout doit être traduit en chiffres car alors, et seulement alors, ils feront office de preuves prétendument inattaquables, car scientifiques, pouvant être exhibées à tout va !

    Bref, ce n’est qu’une stupidité supplémentaire dans ce monde à la dérive… je suis d’accord avec toi, kalvin !

Laisser un commentaire