Suisses en Libye : un commando !

Ça suffit maintenant, ça va bientôt faire une année que nos deux braves compatriotes qui se dorent la pilule au soleil du guide suprême sans pouvoir quitter le territoire libyen sont retenus en otages. Et la Suisse ne fout rien, ou plutôt accumule crétineries sur bourdes et autres erreurs et fautes de communication, car elle ne sait pas servir correctement la soupe (enfin le thé brulant à la menthe …) à Mouhammar le Magnifique, qui doit rigoler comme un petit fou qu’il est sous sa vénérable tente à pompons.

A cette vitesse, ces deux compatriotes vont bientôt épuiser leur droit à une rente AVS de toutes façons en perdition, ne peuvent pas récupérer les sous qu’ils ont perdus chez Lehmann et grâce à Madoff, ont raté le championnat suisse de hockey sur glace et sont sur le point de ne pas pouvoir vivre en direct la démission de Pascal le magnifique, réclamée par tant de gens bien intentionnés.

Il n y a dès lors plus d’autres solutions qu’une opération militaire pour les libérer.

Puisqu’on a un nouveau chef des flics dans le canton de Vaud frais émoulu, pas encore grillé et juste sec derrière les oreilles,  qui en plus n’a pas trempé dans l’arrestation très maladroite et bien manipulée de Hannibal le fils crétin, on suggère qu’il soit nommé commandant en chef de l’opération. Micheline qui semble un peu pédaler dans le yaourt dans cette affaire devrait impérativement en faire partie comme infirmière en seconde en tous cas.

S’agissant des moyens à mettre en œuvre, outre la totalité valide des membres de TIGRIS, on pourrait y adjoindre quelques officiers de police genevois habitués des bourdes, une caisse remplie de tasers, des boîtes de singe et une caisse-fondue de l’armée, le tout embarqué sur le SUI 75 de Alinghi qui pourrit quelque part du côté de Valence en attendant que les deux coqs décident finalement de se mettre d’accord sur un scénario autre que celui qui est dicté par la justice américaine et qui n’arrange personne.

Tant qu’on y est, on pourrait adjoindre comme cuistot le distingué Couchepin, jamais en rade d’une maladresse.

Après avoir descendu la vallée du Rhône en convoi, le groupe spécial d’assaut devrait traverser Mare Nostrum pour y accoster pas très loin de Tripoli.

De là, une colonne de chameaux placés sous la conduite experte de Fernand Cuche, qui a du temps ces temps, devrait rejoindre dans un parfait camouflage la petite troupe arrivée par la mer. Car le chameau a du nez et passe quand même mieux dans le paysage libyen qu’une vache Milka. Et on doute que Cuche soit capable de conduire des éléphants au pays d’Hannibal pour lui faire le coup de la traversée à l’envers …

L’assaut ne peut être décrit ici pour des raisons de sécurité. Mais ce blog peut vous confirmer que cet assaut fait l’objet depuis 6 mois de tous les exercices de guerre de notre brave armée de milice. Car avant le golf d’Aden, il y aurait une chance historique de jouer les pirates avant l’heure pour voir comment ça fait en live.

PS : annexe à l’ordre de marche : on ne prend pas son passeport biométrique avec soi !!

Tags: , , , , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Michelle dit :

    Je ne suis pas trop d’accord avec ton analyse. Les milieux diplomatiques travaillent hors de portée des médias et nous n’avons donc aucun moyen de savoir ce qu’ils font.
    Je ne suis pas certaine que des gesticulations soient d’un quelconque effet sur Kadafi.
    Et puis, Genève a pris seule la décision d’intervenir, le canton n’aurait pas apprécié une intervention de Berne dans ce dossier, du moins pas au début.
    Ce qui manque à la Suisse, ce sont des liens, des relais dans le monde arabo-musulman, capables de faire l’intermédaire. Mais comme notre pays joue le plus souvent cavalier seul, difficile de se faire aider en temps de crise. Il doit bien aussi y avoir des sociétés exportatrices qui ne verraient pas d’un bon oeil le gel de toutes les relations entre les deux Etats.

    • kalvin dit :

      Michelle,
      je ne suis pas certain qu’on puisse qualifier ce billet d’analyse … en fait, je trouve que la Suisse (d’abord par Genève) s’est mise toute seule dans une cacade qui aurait pu être évitée avec un peu de jugeote. Et comme toi, je déplore le manque de relais internationaux 😉

Laisser un commentaire