UBS: au pénal en Suisse !

24 février 2009 | par | 6 commentaires Plus loin

Alors que l’action caracole en dessous de Fr 10.–, il se trouve enfin une étude d’avocats suffisamment courageuse et … provisionnée pour déposer une plainte pénale contre Kurer et Haltiner.

Une sorte de Morgenstraich deux semaines en avance, juste avant un mercredi des cendres qui risque d’être fumant lui aussi.

guillotine
Violation de la Loi sur les banques, des articles 271 et 273 CPS, c’est à dire violation du secret professionnel et actes exécutés sans droit pour un État étranger, mise à disposition d’un secret d’affaires à un organisme officiel étranger. Ils auraient pu ajouter d’autre délits comme le faux dans les titres pour les bilans de la banque ou d’autres fantaisies qui ont permis à UBS d’obtenir une aide fédérale historique. Pour l’instant on fera avec leur liste …

Il en aura fallu du temps, pour qu’enfin quelqu’un ose s’attaquer aux racines du mal. Sans doute ont-ils cette fois tellement passé la ligne blanche à gauche que des clients encore argentés ont décidé de déclarer la guerre. Et pour une fois, on n’a affaire pas un grounding à la Swissair suivi d’une parodie de procès : on attaque la bête moribonde alors qu’elle n’a pas déposé les armes.

Ce qui va devenir très intéressant est la réaction des autorités face à cette action pénale. Car on ne peut pas dire que le Ministère public fédéral ait jamais fait la preuve d’une indépendance et d’une sagacité particulièrement affinées. Comment donc ces fonctionnaires proches de Widmer Schlumpf vont-ils réagir ? et surtout vont-ils aller chercher aussi les co-auteurs ? vont-ils faire quelque chose ? vont-ils recevoir des ordres de minimiser ou de classer ?

On voit déjà l’UBS clamer que cette plainte est sans fondement … car UBS a remis à la FINMA et pas aux USA (formellement) les données clients transmises.  Et la FINMA dira sans doute que le droit ne s’applique pas « comme ceci dans un cas comme celui-là ».

Ce qui est certain est que l’ex grande banque est cernée de toutes parts et fort justement tancée par certains politiques ou industriels de renom. Nicolas Hayek a estimé dans l’AGEFI que « des banquiers crétins et malhonnêtes ont utilisé notre argent pour spéculer et s’offrir au passage des bonus exorbitants. J’en ai eu des sueurs froides pendant plusieurs semaines« .

Il n’est pas réputé pour être un amoureux des banquiers, certes, mais il leur taille ici un costume sur mesure.

A suivre donc avec grande attention.

Tags: , , , , , ,

Catégorie: Economie, Res politica

Commentaires (6)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. J’ai téléphoné ce matin á ma petite banquière de l’UBS à Bàle, pleurant comme moi. Si nous voulons retrouver une confiance et une crédibilité, nous devons envoyer derrière les barreaux des gens comme Kurer, Rohner, Haltiner. Hélas le petit suisse n’a pas assez de couilles pour le faire.

  2. Yvan dit :

    Je m’étonne que vous souteniez ici une plainte qui vise, non pas à condamner les dirigeants d’UBS pour leurs malversations, mais pour avoir trahi notre sacro-saint secret bancaire. J’ai cru comprendre jusqu’ici que ledit secret ne couvre pas la fraude fiscale et que les clients dont l’identité a été transmise aux autorités américaines ont commis des actes répréhensibles grâce, non pas au secret bancaire, mais par les opérations délictueuses proposées par des cadres de l’UBS. J’aurais tout faux? La plainte en question n’est-elle destinée à couvrir de telles compromissions?

  3. kalvin dit :

    @ Yvan

    A part leurs fantaisies condamnables aux USA, les cadres UBS ont violé sans droit le secret bancaire, car ils n’ont pas attendu qu’un juge dise s’il s’agissait de fraude ou d’évasion. Au contraire ils se sont dépêchés de transmettre aux USA des renseignements tout en sachant que des juges suisses allaient se prononcer sur les demandes américaines et leur conformité au dispositions légales (trop tard et donc sans effet). Nul n’a le droit de juger de cette façon si son propre comportement est ou non contraire au droit, surtout que dans les procédures en question, l’UBS s’oppose à la transmission de données …

  4. Rohner est viré enfin. Reste les autres. Je suis enthousiaste comme la bourse. Pensons à nos petits vieux et à nos amis américains que nous avons trahi et qui sont déjà au trou, car aux States, on ne badine pas avec le fisc.

  5. kalvin dit :

    @ Renardo
    Hayek s’est vu refuser l’aide des banques au début de sa carrière …il a dû faire seul et il en a conçu sans doute une saine appréciation de l’état d’esprits des banquiers

Laisser un commentaire