Un Oscar pour Oskar?

OscarVoici donc le barde musclé entrant au gouvernement valaisan. Et de quelle manière.

On va devoir lui édifier une statue pour symboliser cette victoire historique. Bon, ça c’est dit et maintenant, mais que va donc faire Freysinger dans cette galère?

Car de galère il s’agit bien, quand on examine avec quels rameurs le barde devra bander ses muscles. Une équipe tout à fait typique du Vieux Pays, langue de bois comprise, malgré la proximité géographique des stocks de fendant.

Au point de vue « dogmatique », le Valais n’a pas élu un gouvernement, mais des membres du Conseil d’administration de l’entreprise VS, avides de toucher leurs jetons, mais pas très enclins à avoir des idées.

Sauf une, il est vrai: le Valais est une exception confédérale antique et profonde qu’il faut respecter, quitte à enfreindre ou ne pas appliquer (subtile nuance) la loi, par exemple  la LAT.

En face, ou plus exactement à la même table, mais dans la position de fou du roi, Oskar. Avec ses fréquentations politiquement tapageuses, avec ses idées tonitruantes, mais plutôt courtes, avec sa volonté de « faire avancer les choses », sans qu’on sache vraiment dans quel sens.

La nouvelle équipe de combat élue ce dimanche sera sans doute parfaite pour fleurir les combats de reines à Aproz. Mais pour développer quelque chose de concret, il va falloir éviter les blocages et surtout guetter les alliances.

Car sous des airs de pépères sortant de la messe, les animaux politiques du PDC pourraient devoir être obligés de laisser un peu de mou à Oskar pour en recevoir en retour.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Ruchet danielle dit :

    Oui un oscar pour Oskar il y’a 2 personnages pour moi en suisse Federer et Freysinger….merci Oskar et bonne chance

  2. Le passant ordinaire dit :

    Devant ce choix, ma maxime s’applique aussi bien au picador de l’UDC qu’aux vieilles bedoles qui l’ont élu :

    « Il ne faut jamais déranger les imbéciles heureux »,

    ils se dissoudront dans les nébuleuses de la politique cantonale

Laisser un commentaire