Valais: la punition

12 mars 2012 | par | 1 commentaire Plus loin

Depuis des lustres et des lustres, le Valais pleure misère. Quand ce n’est pas le loup, ce sont les tomates, quand ce ne sont pas les tomates, c’est la peste, ou le choléra, ou encore les maladies cryptogamiques attaquant le raisin.

Et quand ce ne sont pas les maladies, c’est la difficulté d’habiter en hauteur, le manque d’université, les vaches qui coûtent cher, le prix du lait, le vin blanc étranger, l’étranger tout court (sauf pour payer les hôtels et les résidences secondaires, ou pour skier à prix d’or).

Bref, ce canton devrait plaire à Sarko, car il est en perpétuelle position d’assisté.

Assisté par les autres cantons qui déversent sur lui des centaines et centaines de millions de francs obligés et résultant des grands avantages de la péréquation intercantonale.

Pour ce canton riche et replet, mais se complaisant dans la soi-disant misère financière et intellectuelle, se voir interdire par le peuple de continuer de bétonner n’importe comment son paysage pour le plus grand profit de ses habitants et de quelques promoteurs au front bas mais à la voracité légendaire est une juste leçon de démocratie.

En plus, en la matière, ça fait aussi des lustres que le cas valaisan ne cesse de provoquer exceptions, règles spéciales et autres passe-droits.

Les résidents du vieux pays feraient bien de réfléchir un peu aux circonstances dans lesquelles le OUI à l’initiative de Franz Weber a été vainqueur dans toute la Suisse non montagnarde: elle ne relèvent pas uniquement de la protection du paysage mais d’un ras le bol confédéral manifeste face à une situation devenue par trop injuste et singulière.

Tags: , , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (1)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Walliseux dit :

    Quelle bêtise que ce blog. J’ai cherché vainement à trouver « une autre lecture de l’info » sur ce site, mais c’est peine perdue. Par pitié j’ai tout de même ajouté ouvertures.info dans mes bookmarks dans mon dossier « Miasmes et flatulences>les égouts du web ». Histoire de venir de temps à autre me bidonner sur votre « lecture alternative » de l’information.

    En tout cas, je suis bien content que vous nous exposiez votre point de vue. On voit à quel point les valaisans sont des bouseux pour vous.

    On espère que vous viendrez vous faire quelques frissons un de ces 4 dans la réserve naturelle de paysans que vous détester tant.

    Sans rancune. Merci pour votre flux RSS. A chaque notification d’un nouveau billet, j’ai une bonne quinte de rire. Ca illumine ma journée de goitreux et d’abruti !

Laisser un commentaire