Vaud : Cour des comptes ou des miracles ?

17 août 2008 | par | 1 commentaire Plus loin

magistrats-de-la-cour-des-comptes-vaudoiseDans sa grande sagesse, la Constituante vaudoise a prévu dans les institutions nouvelles la création d’une Cour des Comptes indépendante et en principe sage, intelligente et efficace. Sa mission est définie par l’article 166 de la Constitution vaudoise dans sa dernière mouture du 14 avril 2003 : assurer en toute indépendance le contrôle des finances des institutions publiques désignées par la loi ainsi que de l’utilisation de tout argent public…

Très belle idée il est vrai inspirée de ce qui se fait depuis longtemps en France notamment. Belle idée mais mise en oeuvre assez inquiétante pour ne pas dire plus. Un seul type de principes généraux a présidé au choix des premiers membres permanents de la Cour vaudoise, le soi disant mérite, l’ancienneté, la récompense pour services rendus, la dernière marche du podium avant la sortie, la soixantaine proche ou dépassée pour 4 membres sur 5, enfin disons plus simplement un népotisme politiquement balancé et souffrant d’un étrange manque de hauteur de vue.

Ou alors, les députés ont-ils voulu d’emblée se doter d’une Cour des comptes sans aucune envergure et sans capacité réelle de vérifier leur cuisine ? c’est un autre terme de l’alternative.

En effet, et ce n’est pas une question de personnes mais une question de vista politique, le choix des membres actuels de la Cour est assez affligeant pour ne pas dire plus. Et d’ailleurs la vitesse à laquelle les membres en question résolvent des problèmes aussi importants que la place des pots de fleurs dans les bureaux, le choix des secrétaires ou la couleur des crayons et sous-mains est révélatrice.

Comme le faisaient remarquer d’anciens élus vaudois illustres à l’auteur de ces lignes, comment peut-on être indépendant et efficace quand on connaît et quand on a prêté main forte à toutes les finesses de « l’habillage » des dépenses publiques dans sa carrière. Comment peut-on « en toute indépendance » tirer à boulets rouges sur ceux-là mêmes que l’on a choyés et qui sont encore « les nôtres ». Enfin, pour 3/5 de ses membres, comment peut-on parler finances avec intelligence quand on ne sait même pas établir soi-même un bilan, et donc a fortiori ni le lire ni l’interpréter.

Certes la Cour peut engager du personnel qualifié, mais si le personnel doit expliquer le ba-ba du débit et du crédit aux magistrats eux-mêmes, on se demande à quoi serviront ces derniers et si les « experts » engagés ne perdront pas vite patience avec leurs « élèves édiles ».

On se réjouit déjà de voir la publication des premiers travaux de dite Cour telle qu’elle est prévue par la Constitution, pour pouvoir continuer de sourire en pleine connaissance de cause.

Car en l’état, on a plutôt le sentiment d’avoir assisté à la mise en place d’une cour des miracles juste apte à peindre des girafes.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (1)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Georges Berchtold dit :

    Cour des comptes ! J’ai testé, c’est GENIAL !

    Si un journaliste s’intéresse à un dossier de magouilles au sein du service de la consommation, avec lettres, preuves, nom et signatures, qu’il me fasse signe. Je lui livre le tout pour 2 balles afin de me rembourser le timbre que j’ai perdu en signalant l’affaire à la cour des comptes.

    Rien que leur réponse est un pur chef d’oeuvre pour cacher la magouille et la merde au chat !

Laisser un commentaire