Papale culbute

25 décembre 2009 | par | 2 commentaires Plus loin

Voici que le sinistre, moderne, teuton et sectaire Benoît XVI s’est fait renverser hier soir par une femme. Se faire culbuter en public à minuit moins deux heures le soir de Noël par une femme, ceci quand on la stature papale infaillible (car chez un pape tout est infaillible, tout est bon chez le teuton), semble pour le moins contre-indiqué.

Céder ainsi aux tentations de la chair(e), quel exemple sinistre et rude pour le fidèle accouru sur place et aux limites de la pâmoison. Au point même qu’un des grands chambellans du pape en blouse cramoisie présent à ses côtés lors de l’incident est devenu tellement plus rouge qu’usuellement qu’il a dû être conduit aux urgences.

Mais pas d’un rouge progressiste le brave, plutôt d’une couleur que le nez des Valaisans attrape  même en dehors des domaines skiables et que l’on porte aussi volontiers chez les Gardes suisses.

Et il semble que dans son homélie, le premier pape de l’histoire à avoir fait déplacer la messe de minuit à 22 heures pour pouvoir mieux jouir de sa nuit de Noël a invité (encore) le fidèle (comment ose-t-il) à accueillir le réfugié (ça grouille au Vatican, de réfugiés, surtout politiques ..), et surtout à méditer sur l’idée que « l’égoïsme, celui du groupe comme celui de l’individu nous tient prisonniers de nos intérêts et de nos désirs, qui s’opposent à la vérité et nous séparent les uns des autres« .

L’égoïsme, une invention pourtant divine nom d’une pipe, si on lit les textes et qui ainsi, en plus, nous opposerait à la vérité ? drôle de conception de la vérité, de l’humanitude ou du désir ..

Mais sauf bulle rectificative ou exégétique, on ne saura jamais ce qu’il a vraiment voulu dire par là. D’autant que s’il respecte un peu ses engagement et ses convictions, Benoit ne devrait en fait être qu’un simple esprit dépourvu de toute velléité proche du fameux désir et de toute forme d’égoïsme : une sorte d’esprit consubstantiel à la vérité révélée en somme.

Mais quand donc cesseront-ils ces mascarades, car même s’il existe, Dieu ne va par leur pardonner, puisque eux justement savent ce qu’ils font …

Tags: , , ,

Catégorie: A la Une, Vaticâneries, Barbuseries & Papillotes

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Rollmops dit :

    Le prince de l’égoïsme a parlé !

    Ce drôle de numéro, ce pape Benoît 13 & 3, porte à merveille son matricule. Il l’a encore démontré hier soir.

    En effet, cet énergumène germano romain et Vatiskanais se permet de fustiger, avec raison d’ailleurs, l’égoïsme, alors même que dernier se permet de choisir l’heure de SA propre messe.

    Même feu son prédécesseur, cacochyme et crachoteux, n’y avait pas pensé. C’est vous dire…

    Le désintéressement bien ordonné commence par soi-même.

  2. Si j’étais gentil, je dirai que notre pape est un rigolo. Hélas, c’est un bien petit monsieur, à l’image de beaucoup de ses pairs et complices. C’est triste et révoltant. Il mérite notre mépris et l’oubli.

Laisser un commentaire