DSK: pipe fumeuse et 4 questions

Dans l’énoncé des faits constitutifs des délits qu’on semble reprocher à DSK figure désormais la fameuse pipe de trop. Soit.

Mais elle pose quatre questions brûlantes:

1.- la femme de chambre pouvait rebrousser chemin en apercevant l’éphèbe nu. Pourquoi ne l’a-t-elle pas fait ? ne serait-ce que par politesse?

2.- la même n’est plus une enfant. Elle pouvait au pire mordre « le violeur » avec les conséquences rapides que l’on imagine ou plus simplement refuser toute mise en bouche.

3.- la femme de chambre disposait forcément d’un passe pour sortir, puisqu’elle est entrée seule. Séquestration quand on a la clé ? et qu’on finit par sortir par ses propres moyens ?

4.- que faisait et où se trouvait la sécurité rapprochée de DSK ?

Tags: , , ,

Catégorie: Mignardises

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Daniel dit :

    A mon sens, la vraie question est la quatrième seulement. Pour les trois autres, on peut tout à fait imaginer une situation de panique (typique dans les cas de viols) qui empêche de réagir avec agressivité ou raison…

    Par contre, que ce soit un coup monté ou la pulsion malade de DSK, la sécurité n’a pas fait son boulot !

  2. Scipion dit :

    Tu devrais te proposer comme avocat de DSK, puisque ceux qu’il a engagé sont trop cons, et trop ignorants du dossier, pour poser les « bonnes questions » qui te sautent aux yeux devant ton écran d’ordinateur.

Laisser un commentaire